Divers



Soirées Pizzas Foot World Cup !

Match d’ouverture de la coupe du monde de football
C’est pour bientôt ! Le 14 juin 2018 en Russie à 17h (heure de paris) , vivez le match d’ouverture de la coupe du monde de Football

La pizza marque des points chez les supporters !
Saviez vous que la pizza est le repas le plus consommé en période de coupe du monde de Football ? En 2014, pas moins de 3.5 millions de pizzas ont été dévorées pendant cette période. Bref la soirée pizza Foot à Rennes, ça sera avec l’équipe surentraîné de Manu. Pour désengorger la file d’attente à la cabane à pizzas pour les pizzas à emporter, nous vous invitons donc à choisir sur le site internet et à réserver au 06 08 70 35 27. Vous disposez également de la livraison à domicile via nos partenaires Deliveroo, Just Eat et Uber eat (liens ci-dessous). Pour ne rien manquer du match !

Et 1 et 2 et 3 Zéro ? Espérons que nos français feront mieux qu’en 2014 et renouvelle un jour l’exploit de la coupe du monde de football 1998. Premier match pour la France contre l’Australie le 16 juin à 12h00 heure de Paris !  Soyez prêts, nous, on vous attend !

Durant le mondial de football 2018 en Russie, retrouvez la cabane à pizza à <a href= »/le-calendrier/ »>nos emplacements habituels</a> et en livraison (pour ne rien manquer de votre match préféré) sur Rennes et Cesson Sévigné via nos partenaires <a href= »https://deliveroo.fr/fr/menu/rennes/centre/la-cabane-a-pizzas » target= »_blank » rel= »noopener »>Deliveroo</a>, <a href= »https://www.ubereats.com/rennes/food-delivery/la-cabane-a-pizzas/bFD-8bxQSNyANEuT5LATew/ » target= »_blank » rel= »noopener »>Uber eats</a> et <a href= »https://www.just-eat.fr/restaurant-livraison-a-domicile/restaurant/la-cabane-a-pizzas » target= »_blank » rel= »noopener »>Just eat</a>
<p style= »text-align: center; »><img src= »/wp-content/uploads/2018/06/uber.png » width= »159″ height= »72″ />
<a href= »https://itunes.apple.com/us/app/uber/id1058959277?mt=8″><img src= »/wp-content/uploads/2018/06/app.jpg » alt= »Télécharger sur l’App Store » width= »130px » height= »39px » /></a>  <a href= »https://play.google.com/store/apps/details?id=com.ubercab.eats »><img src= »/wp-content/uploads/2018/06/android.png » alt= »Télécharger sur Google Play » width= »130px » height= »39px » /></a></p>
<p style= »text-align: center; »><a href= »https://www.just-eat.fr/restaurant-livraison-a-domicile/restaurant/la-cabane-a-pizzas » target= »_blank » rel= »noopener »><img class= » » src= »/wp-content/uploads/2018/06/just-eat.png » width= »159″ height= »159″ /></a>
<a href= »https://itunes.apple.com/us/app/uber/id1058959277?mt=8″ target= »_blank » rel= »noopener »><img src= »/wp-content/uploads/2018/06/app.jpg » alt= »Télécharger sur l’App Store » width= »130px » height= »39px » /></a>  <a href= »https://play.google.com/store/apps/details?id=com.justeat.app.fr » target= »_blank » rel= »noopener »><img src= »/wp-content/uploads/2018/06/android.png » alt= »Télécharger sur Google Play » width= »130px » height= »39px » /></a></p>
<p style= »text-align: center; »><a href= »https://deliveroo.fr/fr/menu/rennes/centre/la-cabane-a-pizzas » target= »_blank » rel= »noopener »><img class= »aligncenter » src= »/wp-content/uploads/2018/06/deliveroo.jpg » width= »158″ height= »105″ /></a>
<a href= »https://itunes.apple.com/fr/app/deliveroo-livraison-restaurants/id1001501844″ target= »_blank » rel= »noopener »><img src= »/wp-content/uploads/2018/06/app.jpg » alt= »Télécharger sur l’App Store » width= »130px » height= »39px » /></a>  <a href= »https://play.google.com/store/apps/details?id=com.deliveroo.orderapp » target= »_blank » rel= »noopener »><img src= »/wp-content/uploads/2018/06/android.png » alt= »Télécharger sur Google Play » width= »130px » height= »39px » /></a></p>

Categorie: Divers  Commenter

POURQUOI MANGE-T-ON DES PIZZAS DEVANT LE FOOT ?

La pratique est devenue tellement banale qu’on en oublie parfois pourquoi la pizza s’est imposée comme le fil rouge des soirées foot. Vecteur de partage et de convivialité, la spécialité numéro 1 en Italie fait désormais partie du patrimoine culturel comme le vin ou le cassoulet. Parce qu’il n’y a pas plus simple un soir de match ou qu’il n’y a pas meilleur qu’une bonne quatre fromages ? Sûrement un peu des deux.

Certains les aiment moelleuses et généreuses. D’autres piquantes, colorées et bien dodues. Tout le monde s’accorde à le dire : football et pizzas forment une alliance aussi réussie que celle de Brad Pitt et d’Angelina Jolie. La gourmandise en plus. Beauferie sans nom ou simple plaisir de la vie, les soirées passées à squatter le canapé en critiquant le jeu de l’adversaire tout en recrachant ses croûtes de pizza font partie de la culture du fan de foot. Année après année, la spécialité italienne s’est imposée comme l’aliment de base de n’importe quelle soirée Ligue des champions, à tel point qu’il est devenu impensable d’avaler autre chose qu’une grosse Regina devant un PSG-Chelsea. Qui a dit cliché ?

La France, championne du monde de la pizza

L’information est assez peu répandue, mais la France est, aujourd’hui, le plus grand consommateur de pizzas au monde. Devant les États-Unis. Devant la maison-mère italienne (!). À raison d’une par match et par personne, en moyenne, les chiffres de consommation des Français peuvent vite donner le tournis. Dans un pays où la culture foot est loin d’égaler celle de ses voisins européens, le combo pizza/ballon est devenu monnaie courante. Gérant du restaurant Sale e Pepe situé dans le XVIIIe arrondissement parisien, Vincent Cavallaro confirme la tendance : « Pendant les matchs, on se fait vraiment déboîter. Toute l’année, je sais que le mardi, le mercredi et pour certains matchs du dimanche, c’est blindé ! Nous, on fait des pizzas et des pâtes à emporter. Et dès qu’il s’agit de la France, d’une demi-finale ou d’une finale, on se fait allumer. » Si les fans de foot se ruent à ce point sur ces mets, c’est avant tout pour les notions de partage et de simplicité qu’ils véhiculent. Comme l’explique une nouvelle fois Vincent, rien ne remplace la convivialité d’une pizza pour se rassembler et vibrer entre potes devant la bonne purge de Ligue 1 du dimanche soir : « La pizza, c’est facile à manger, tu n’as pas besoin de regarder tes mains quand tu la manges. Tu prends ton triangle, tu le plies en deux pour pas que les ingrédients se cassent la gueule et tu gobes ça en matant la télé. » Exit donc les plateaux sushis raffinés et les assiettes de pâtes les soirs de foot. Un match digne de ce nom se vit sans couverts ni baguettes, mais avec les doigts bien huileux !

« Les mecs envoient souvent les nanas chercher les pizzas »

Évidemment, les chaînes tirent largement profit de la Coupe du monde. Pour David, manageur au Domino’s de la rue des Pyrénées dans le XXe arrondissement parisien, la venue des clients les soirs de match ne fait absolument aucun doute : « Il y a deux types de commandes : celles qui arrivent 15 minutes avant le match, donc en début de soirée. Après, ça se calme un peu et ça reprend durant la mi-temps. » Une période charnière qui nécessite de l’organisation et un certain sens de l’anticipation. Ce qui n’est pas pour rassurer Vincent Cavallaro : « En général, c’est à la mi-temps que les gens veulent la pizza. Ça dure 15 minutes et c’est là où on a quelques soucis. Il y a un délai à respecter. Mes meilleurs clients, ils m’appellent à la 10e minute et me demandent : « Bon, t’es chaud ? Je déboule dans à peu près 30 minutes. » Plusieurs fois, ça m’est arrivé de me planter sur le timing, mais maintenant je mets les chaînes de télé sur mon portable et ils matent le match en attendant que les pizzas sortent. » À chaque problème sa solution, du moment que les ventres sont remplis à temps et que leurs propriétaires n’ont pas perdu une miette du game. Bien entendu.

30 à 60% de ventes en plus

Au-delà d’une tranche horaire bien précise – 20h/22h -, un autre paramètre permet d’identifier les clients qui vont retourner prestement s’engraisser devant leur petit écran. « Le mardi et le mercredi, je sais que c’est le foot. Et puis, de toute façon, il n’y a que des mecs ! Ce qui est marrant, c’est qu’ils envoient souvent les nanas chercher les pizzas s’ils sentent qu’on ne sera pas dans le bon timing pendant la mi-temps » , nous lâche Vincent, amusé. Placés en pole position, les gérants d’enseignes comme Pizza Hut ou Domino’s ne se cachent pas pour dire que le ballon rond contribue à faire fructifier leur fond de commerce. Quitte à en rajouter en décorant leurs boutiques de fanions aux couleurs des équipes nationales pour attirer le chaland en période de Coupe du monde. Employé du Pizza Hut de la rue Ordener dans le XVIIIe arrondissement, Thibaut* est très clair sur la question : « Les soirs de matchs, on estime que l’augmentation du chiffre oscille entre 30 et 60%. Les planning sont adaptés en conséquence et il nous arrive de doubler ou tripler les effectifs ces soirs-là. » Aussi indispensable que le tour au McDo un lendemain de cuite, la commande de pizza un soir de match est devenu un acte de bonne foi. Sodebo ou resto, pâte fine ou épaisse, avec ou sans olives, les formes et les tailles varient selon les préférences et le budget de chacun. « Les soirs où l’équipe de France joue, c’est pire que tout ! » , conclut Thibaut, casquette visée sur le crâne. Vous êtes prévenus : ce soir, il s’agira d’être à l’heure… et de ne pas oublier de mettre les bières au frais.

Durant le mondial de football 2018 en Russie, retrouvez la cabane à pizza à nos emplacements habituels et en livraison (pour ne rien manquer de votre match préféré) sur Rennes et Cesson Sévigné via nos partenaires Deliveroo, Uber eats et Just eat


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play

Categorie: Divers  Commenter

Une pizza frite de plus de 7 m, un record à Naples !

Avis aux mateurs de pizzas en tous genres, vous serez ravis d’apprendre que le record de la plus longue pizza frite du monde vient d’être battu !

Une soixantaine de pizzaiolos napolitains ont utilisé 83 kilos de farine, 50 kilos de mozarella, 15 kilos de ricotta, 7 kilos de sauce tomate et 15 kilos de lardons, sans parler du poivre et du basilic, pour réaliser une pizza de 7 mètres et 15 cm, qu’ils ont refermé avant de plonger dans une friteuse idoine !

Il leur a fallu des heures pour confectionner et cuire cette désormais légendaire pizza fritta napoletana !

Rappelons qu’en décembre dernier, l’UNESCO a fait entrer l’Art du Pizzaiolo napolitain au patrimoine immatériel de l’humanité.

Categorie: Divers  Commenter

Jeux de foot

Les compétitions de Football comme l’Euro ou la Coupe du monde sont des temps forts pour les marques pendant lesquels l’activité bat son comble sur les réseaux sociaux. En 2014, lors de la dernière compétition mondiale qui avait lieu au Brésil, 350 million d’internautes avaient généré 3 milliards d’interaction sur Facebook et 672 millions tweets avaient été envoyés autour du hashtag #CM2014. Comment utiliser la viralité de cet évènement et l’engouement qu’il provoque pour votre marque ? Voilà quelques idées de mécaniques pour explorer toute la puissance de Facebook mais aussi de Messenger en terme d’engagement et de collecte de datas.

Les jeux marketing de pronostics

Le foot est un des sports préférés des parieurs sportifs, que ce soit sur le score finale ou les faits de match.

Jeu de pari sportif Facebook pour la coupe du monde de foot 2018 en RussiePronostiquer le score des matchs

Proposez à votre communauté un jeu déployé sur page Facebook et/ou sur mini-site qui permet à l’internaute de pronostiquer sur les rencontres tout au long de la compétition. A l’issue de la finale, un tirage au sort est réalisé entre les participants ayant eu les bons pronostics.

Pour être encore plus innovant et personnaliser la relation avec les membres de votre communauté, organisez un jeu de pronostic sur Messenger via un ChatBot. L’autre atout du chatbot est qu’il propose chaque jour de manière active à l’utilisateur de faire ses pronostics sur les rencontres du jour. Une fois la compétition terminée, un tirage au sort est réalisé parmi les bons pronostics.

Pronostiquer les faits de jeu pendant les matchs

Proposez aux internautes de pronostiquer quels seront les faits de jeu pendant chacun des matchs. Pronostiquer sur les faits de jeux c’est par exemple pronostiquer que tel joueur de telle équipe va marquer un but en première période, ou que l’arbitre va attribuer un carton rouge à l’Espagne. Le joueur gagne des points chaque fois qu’un fait qu’il a prédit se réalise (or plus il en cumule plus il a de chance que l’un d’eux se réalise) mais aussi lorsqu’il invite des amis et partage le jeu. Un classement est affiché et les joueurs ayant cumulé le plus de points sont récompensés à la fin.

Tirs au but, jongles et Quiz, des jeux autour du foot

Restez dans l’univers du foot et du mondial en proposant des jeux d’adresse ou des quiz dédiés foot à votre communauté.

Proposez à vos fans de foot de jongler virtuellementRecord de jongle

Ce jeu d’adresse qui peut être déployé sur une page Facebook et/ou sur un mini-site dans lequel l’objectif est de réaliser la plus grande série de jongles en cliquant sur le ballon avec qu’il ne touche le sol. Pour un côté encore plus addictif et immersif, l’internaute peut choisir son équipe et son joueur pour jouer. Un tirage au sort est organisé entre les meilleurs scores.

Jeu de tirs au but

Ce jeu reprend la mécanique des tirs au but qui départagent les équipes en dernier recours après les prolongations. 5 tentatives, le but : Marquer le maximum de buts et réaliser le meilleur score pour participer au tirage au sort.

Le Quiz foot

Proposez aux internautes de tester leurs connaissances sur le foot avec un quiz sur les actions mythiques des anciennes éditions du mondial. Grâce aux commentaires audios des actions, le joueur doit essayer de retrouver de quel match, équipe ou joueur il s’agit.

Quel est votre nom russe

Il s’agit d’un jeu Facebook qui récupère le nom de l’utilisateur sur le réseau social et qui le “russise”. Une photo de profil brandée avec le nom russe du participant est alors généré à partir de sa photo de profil de base. Il peut alors l’utiliser comme nouvelle photo de profil par exemple, la partager avec ses amis et les inviter à participer à leur tour.

Le mondial de football est donc un moment idéal pour proposer une opération spéciale à vos fans et elle n’a lieu que tous les 4 ans !

Durant le mondial de football 2018 en Russie, retrouvez la cabane à pizza à nos emplacements habituels et en livraison (pour ne rien manquer de votre match préféré) sur Rennes et Cesson Sévigné via nos partenaires Deliveroo, Uber eats et Just eat


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play

Categorie: Divers  Commenter

BITCOIN PIZZA DAY : LE JOUR OÙ UN HOMME A COMMANDÉ 2 PIZZAS POUR 10.000 BITCOINS

L’histoire du Bitcoin est ponctuée de nombreux épisodes insolites. Le 22 mai 2010, le développeur Laszlo Hanyecz a cherché une bonne âme qui accepterait de lui livrer 2 pizzas en échange de 10.000 bitcoins. Ce jour est désormais connu comme le “Bitcoin Pizza Day”, soit la première fois qu’un bien réel a été acquis grâce à la cryptomonnaie.

Si vous découvrez l’anecdote aujourd’hui, elle vous fera sûrement sourire. Le 22 mai 2010, un homme a dépensé 10.000 bitcoins (soit l’équivalent de 70 millions d’euros au cours actuel) pour s’offrir deux pizzas. Mais avant d’en rire, il faut replacer les faits dans leur contexte : à cette époque le Bitcoin n’a qu’une année d’existence et, s’il fait l’objet de d’intérêts auprès des technophiles, personne ne s’en est jamais servi pour acheter un bien réel. Une unité s’échange entre 0,003 et 0,004 dollar et même si beaucoup entrevoient son potentiel, personne n’ose se jeter à l’eau. C’est à ce moment-là que Laszlo Hanyecz, un développeur américain de 32 ans, décide de faire une proposition sur le forum spécialisé Bitcoin Talk.

« J’accepte de payer 10.000 bitcoins pour des pizzas, disons deux grandes pizzas, pour qu’il m’en reste pour le lendemain. J’aime avoir des restes de pizzas pour plus tard. Vous pouvez faire les pizzas vous-même et me les apporter, ou bien les commander pour moi dans une boutique. Ce que je veux, c’est simplement me faire livrer à manger en échange de bitcoins (…) Si vous êtes intéressé, faites le moi savoir pour que nous nous mettions d’accord. » Quatre jours après, il remercie un utilisateur britannique qui a réussi à commander deux pizzas par téléphone au restaurant Papa John de Jacksonville (Floride), la ville où réside Laszlo Hanyecz. Il publie une photo à l’appui.

« L’IDÉE DE LES ÉCHANGER CONTRE DE LA PIZZA ÉTAIT JUSTE INCROYABLEMENT COOL »
Cet épisode, connu comme le “Bitcoin Pizza Day”, est célébré chaque année par la communauté Bitcoin et offre à certains l’occasion de se moquer du sort de celui qui a perdu une fortune en souhaitant se sustenter. À peine trois mois plus tard, en août 2010, un internaute lui fait remarquer sur Bitcoin Talk que ses pizzas sont désormais évaluées à 600 dollars. D’autres lui demandent ironiquement si son offre tient toujours. Laszlo Hanyecz écrit alors : “Eh bien, je ne m’attendais pas à ce que cette initiative devienne aussi populaire mais je ne peux plus me permettre de le refaire. Je ne suis plus capable de générer des milliers de bitcoins par jour. Merci à tous ceux qui m’ont acheté des pizzas, mais je préfère garder mes bitcoins pour le moment.”

En novembre 2010, alors que le cours de la cryptomonnaie continue de grimper, un internaute lui demande ce que ça fait d’avoir dégusté des pizzas cotées à 2.600 dollars. Et ainsi de suite…

Laszlo Hanyecz n’a jamais montré de remords et a même expliqué trois ans après, dans le New York Times, qu’il considérait cette initiative comme “cool” : “Ce n’est pas comme si les bitcoins avaient la moindre valeur à l’époque, donc l’idée de les échanger contre de la pizza était juste incroyablement cool. Personne ne se doutait que cela prendrait une telle ampleur.”

>> Lire aussi – Gaspard Koenig sur les cryptos : « Il se passe une révolution à Bercy »

CHAQUE 22 MAI, LES AFICIONADOS DU BITCOIN DÉGUSTENT UNE PIZZA
En effet, il ne peut guère avoir de remords car son idée a donné le coup d’envoi d’une nouvelle ère pour la cryptomonnaie. De simple protocole expérimental, elle est devenue une monnaie potentielle et peut-être que rien ne se serait passé comme tel s’il n’avait pas eu un petit creux. Depuis, les utilisateurs de Bitcoin sont à leur tour invités à s’offrir une pizza le 22 mai pour célébrer cet événement.

Quelques entreprises du secteur en profitent quant à elle pour surfer sur le Pizza Bitcoin Day. C’est le cas de Ledger, qui fabrique des solutions de stockage sécurisé, ou d’eToro, un plateforme de trading chypriote.

Laszlo Hanyecz est désormais perçu comme un pionnier au sein de la communauté Bitcoin et fait toujours parler de lui. Fin février, il a réédité son exploit en devenant la première personne à acheter un bien réel en utilisant Lightning Network, une mise à jour du réseau Bitcoin encore instable qui doit permettre de démultiplier le nombre de transactions par seconde. Lightning est encore très risqué et peu de personnes souhaitent engager leurs propres bitcoins. Laszlo Hanyecz oui. Et devinez ce qu’il a acheté ? Deux pizzas.

Categorie: Divers  Commenter

Le Mondial 2018 dope le secteur commercial

Comme tous les quatre ans, la Coupe du monde de football est très attendue par le monde de l’économie, du commerce et de la consommation. Le Mondial en Russie, à partir du 14 juin, est porteur d’espoir dans de multiples domaines.

Le monde de la télé en ébullition
Les professionnels, fabricants, vendeurs du secteur des télés et de leurs équipements croisent les doigts. Le dernier Mondial au Brésil avait généré quelque 100 millions d’euros supplémentaires. Et cette année, pas de doute pour l’institut d’études GFK, on recommence. Il devrait se vendre en France 5% de téléviseurs supplémentaires par rapport à une année sans grande compétition de football : 250 000 postes, des grands écrans, au moins 55 pouces et 1m 40 en diagonale. Du haut de gamme avec une technologie 4K. Malheureusement, l’appareil ne fait pas tout puisque tous les matches ne seront pas tous diffusés en 4K. Mais on nous promet du noir plus profond et des couleurs plus pigmentées.

Chez Fnac-Darty, avec des promotions sur une trentaine de téléviseurs, on pense même doubler les ventes d’ici juillet. Le groupe compte aussi sur les casques, les barres de son et sur de petits appareils, comme la machine à pop-corn ou la tireuse à bière, censés agrémenter les retransmissions.

Les soirées foot donnent faim
Le foot s’accompagne souvent de pizzas. Pendant les matches du Mondial 2014, Pizza Hut en a servi, en France, une toutes les secondes, avec un chiffre d’affaires en hausse de 52%. Chez Domino’s, on se souvient encore du match France-Albanie pendant l’Euro 2016. Les commandes de pizzas avaient augmenté de 70%. Cette année, tout le monde se frotte les mains. Il y a peu de décalage horaire. Les matches étant plutôt retransmis en deuxième partie de journée, les brasseurs se voient bien vendre un million d’hectolitres supplémentaires dans le monde, soit 1% des ventes totales de bière. Les sites en ligne affichent aussi leur espoir. Ils attendent 60 000 nouveaux joueurs pendant la compétition et 400 millions d’euros entre juin et juillet.

Quasiment tous les secteurs sont concernés
Le domaine des articles de sport, ballons, maillots, chaussures, pèse un peu plus de 10 milliards d’euros sur le marché français. Il pourrait gagner un point de croissance. Adidas, partenaire du mondial et Nike, qui habille l’équipe de France sont déjà en compétition. Les jeux et jouets sont aussi dans le tourbillon commercial du Mondial, comme l’album Panini devenu mythique. Il faut compter près de 700 vignettes pour remplir l’édition 2018, soit un budget d’environ 900 euros, selon les calculs d’un professeur de l’université de Cardiff (Royaume-Uni). De son côté, Playmobil mise sur 20% de clients supplémentaires grâce à sa toute première licence officielle.

Même le Palais de l’Elysée pourrait y gagner. La cote de popularité du président Chirac avait bondi de 14 points en 1998, juste après la victoire française…

Durant le mondial de football 2018 en Russie, retrouvez la cabane à pizza à nos emplacements habituels et en livraison (pour ne rien manquer de votre match préféré) sur Rennes et Cesson Sévigné via nos partenaires Deliveroo, Uber eats et Just eat


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play

Categorie: Divers  Commenter

Quand l’histoire du carton à pizza rejoint la grande histoire de l’art

Bravo, le Communal ! Le maître conférencier Pierre Barré, venu avec ses 163 cartons constituant le premier muséum d’histoire de l’art de la pizza, a donné une conférence sur le thème : «Quand l’histoire du carton à pizza rejoint la grande histoire de l’art»… Une soirée désopilante : les adultes ont bien ri de voir cet emballage hautement considéré comme œuvre d’art ; les enfants sont restés médusés par un personnage haut en couleur, à l’imagination délirante, complètement loufoque, mais si pur et si courtois !

En préambule de cette conférence déjantée et interactive, comme de bien entendu, une dégustation collective de pizzas, apportées par chacun, a eu lieu. Merci au bar associatif pour ces instants d’insouciance, confirmant son rôle citoyen de dérivatif et de bonheur collectifs.

Pour en savoir plus : pierrebarre.wixsite.com/spectacle

Categorie: Divers  Commenter

Mondial 2018 : Macron, télés et pizzas… qui va profiter de la qualification des Bleus ?

Les hommes de Didier Deschamps ont fêté leur qualification pour la Coupe du monde en Russie. Mais d’autres peuvent aussi s’en féliciter.

Rendez-vous en Russie. Premiers de leur groupe de qualification après leur victoire contre la Biélorussie mardi soir (2-1), les Bleus disputeront, comme espéré, le Mondial 2018 en juin et juillet. Mais si les Griezmann, Giroud et Lloris ont logiquement fêté leur sésame pour la compétition avec le public du Stade de France, d’autres ont aussi toutes les raisons de se féliciter de la présence française à la Coupe du monde russe.

Emmanuel Macron et le gouvernement
Juin 2018, c’est très loin à l’échelle de la vie politique. Mais Emmanuel Macron et son gouvernement peuvent déjà s’accrocher à l’espoir d’une remontée dans les sondages lors du Mondial. Pour cela, il faudra quand même que les Bleus brillent un minimum et rendent l’opinion publique plus indulgente que d’ordinaire : en 2014, la cote de popularité de François Hollande avait connu une brève remontée avec la qualification des hommes de Didier Deschamps pour les quarts de finale de la Coupe du monde au Brésil.

Dans le domaine, Jacques Chirac reste celui qui a le plus profité des performances de l’équipe de France. L’ancien président a eu la chance de profiter d’une victoire en 1998 et d’une finale en 2006. La première lui avait fait gagner 14 points de popularité en deux mois, la seconde cinq points en un mois. A l’inverse, le fiasco de 2002 lors duquel les champions du monde tricolore avaient été sortis dès le premier tour avait entraîné une brève descente de sa popularité juste après sa réélection.

Les vendeurs de téléviseurs
La perspective d’un mois de football est-elle un bon motif pour changer son téléviseur ? Oui, selon nombre de Français, titillés par l’envie de s’offrir un écran plat pour profiter tranquillement des matchs des Bleus. En 2014, le Mondial avait fait grimper les ventes de 11% au deuxième trimestre, selon le cabinet GfK France. Deux ans plus tard, l’Euro organisé sur notre territoire avait entraîné une hausse spectaculaire de 30% en un an.

Et quitte à s’acheter une nouvelle TV, autant l’optimiser d’emblée. Toujours selon le cabinet GfK, les barres de son ont connu une croissance de 4%, soit 540 000 pièces, l’année dernière. Bref, le marché de la télévision peut espérer une année faste en 2018.

Les vendeurs de pizzas et de bières
Ce sont les grands classiques d’une soirée foot à la maison. Et évidemment, pizzas et bières vont énormément profiter des matchs des partenaires d’Antoine Griezmann. Lors du France-Albanie en poules de l’Euro 2016, Domino’s Pizza avait enregistré une hausse de 70% de ses ventes et vendait 3,6 pizzas à la seconde. A l’époque, son concurrent Pizza Hut annonçait un boom de 45%.

Mais comme la quatre-fromages donne soif, les Français accompagnent la chose d’une bière. En 2014%, les ventes de bière retrouvaient leur niveau de 2011 grâce au Mondial. Mais un facteur joue énormément sur la consommation de jus de houblon : la météo. Les brasseurs attribuent la petite hausse de 3% des ventes de bière en 2016 aux températures maussades lors de l’Euro.

Les diffuseurs
Un simple coup d’oeil à l’historique des plus grosses audiences de la télévision française permet de comprendre l’enjeu d’une présence tricolore dans une grande compétition internationale. L’an dernier, la finale entre la France et le Portugal a attiré 20,8 millions de téléspectateurs sur M6. Sept matchs des Bleus occupent les sept premières places des audiences de l’année 2016.

Là encore, un bon parcours des Bleus aiderait TF1 et beIN Sports à rentabiliser leurs investissements pour s’offrir les droits de retransmission. Et qui sait, peut-être permettre à la première chaîne de France de battre le record historique du Mondial 2006, où la confrontation entre Français et Portugais en demi-finale avait séduit 22,2 millions de personnes.

Et l’économie en général ?
On ne peut pas parler d’un effet Coupe du monde significatif. Selon une étude réalisée en 2006 par la banque ABN-Amro, le pays vainqueur a enregistré une hausse moyenne de croissance de 0,7%, là où le finaliste a vu sa croissance rognée de 0,3%. Deux exceptions à ce principe : l’Allemagne en 1974 et l’Argentine en 1978.

Là encore, il faut relativiser la chose. Les victoires de l’Espagne à l’Euro 2008, au Mondial 2010 puis à l’Euro 2012 n’ont pas sorti le pays du marasme économique. Dans son étude, AN-Amro expliquait d’ailleurs que les effets «ne sont pas puissants au point de transformer une récession en un boom». Si vous en doutiez, un Mondial de football n’accomplit pas tous les miracles.

Durant le mondial de football 2018 en Russie, retrouvez la cabane à pizza à nos emplacements habituels et en livraison (pour ne rien manquer de votre match préféré) sur Rennes et Cesson Sévigné via nos partenaires Deliveroo, Uber eats et Just eat


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play


Télécharger sur l'App Store  Télécharger sur Google Play

Categorie: Divers  Commenter

Gordon Ramsay a tranché le débat sur la pizza à l’ananas : pas de quartier pour l’hawaïenne

Quand le très renommé Gordon Ramsay hausse le ton, on l’écoute. Que ce soit dans « Masterchef », « Cauchemar en cuisine » ou sur Twitter, lorsque son verdict tombe, c’est sans appel.

Après s’en être violemment pris à la nourriture servie dans les avions, il a ajouté un plat à la liste des aliments qu’il est hors de question pour lui d’ingurgiter. Sa dernière victime? La pizza hawaïenne et son audacieuse recette de jambon ou de poulet mêlé à de l’ananas.

« L’ananas n’a rien à faire sur une pizza », s’est offusqué le chef sur son réseau social favori ce mardi 4 avril. En cinq heures, son coup de gueule a été retweeté plus de 20.000 fois, s’attirant tantôt l’adhésion, tantôt les foudres de la twittosphère. « Mais c’est trop bon, tu sais pas de quoi tu parles », s’étrangle un internaute, vite étouffé par une personne du camp adverse: « Non, ça ne l’est pas, l’ananas se met dans une salade de fruits et une salade de fruits n’a rien à faire sur une pizza ».

Une chose est sûre: si les avis divergent, celui de Ramsay pèse le plus lourd dans la balance. Les étoiles Michelin attribuées à ses restaurants n’y sont sûrement pas pour rien. « Le roi a parlé. C’est officiel », plussoie une participante à la discussion, ou encore « Merci d’avoir mis un terme à ce débat », renchérit une autre.

Le cas de ce mets sucré-salé, probablement inventé par un Canadien, revient régulièrement sur le devant de la scène numérique, comme sur le banc d’un tribunal. En février, le président de la République d’Islande lui-même avouait que s’il en avait le pouvoir, il ferait voter une loi interdisant l’utilisation d’ananas sur les pizzas. Le mois dernier, une Américaine avait posté sur Twitter une photo de sa pizza sans ananas alors qu’elle en avait demandé. Le refus d’obtempérer du pizzaïolo était vite devenu viral.

Le camp anti-ananas-sur-une-pizza l’a-t-il donc emporté? Rien n’est moins sûr. Difficile d’imaginer que les internautes du monde entier abandonnent, sur simple commande de Gordon Ramsay, cette polémique houleuse qui les passionne depuis des années et constitue une source d’inspiration inépuisable pour créer des mèmes.

Categorie: Divers  Commenter

Pizza, le divan du futur créé par des jeunes

Cet ingénieux sofa est commercialisé à Genève grâce à un partenariat entre Conforama, l’Institut Florimont et la D-Academy

Une pizza, on ne saurait mieux dire. Voilà exactement à quoi ressemble le canapé idéal lorsqu’on est adolescent: rond, convivial, divisible en parts sécables et colorié de teintes acidulées. Rouge pour la tomate, vert pour la roquette et les olives, rose pour le thon ou les crevettes, bleu pour… Disons que l’exercice s’arrête ici!

Car c’est bien d’un exercice qu’il s’agit au départ. Chargée de développer chez les jeunes l’esprit d’entreprise, la D-Academy (académie pour l’entrepreneuriat fondée par le Vaudois Patrick Delarive) a soumis son idée à différentes sociétés romandes: faire plancher les élèves âgés de 13 à 17 ans de trois écoles privées – l’Institut Florimont de Genève, le Rosey à Rolle et La Côte International School – sur un projet concret. Et leur permettre de le voir se réaliser, pour de vrai.

«La première entreprise à avoir répondu est Conforama. Son CEO nous a proposé de réfléchir avec les élèves au canapé du futur», résume Alexandre Demont, directeur de la D-Academy et responsable du programme Junior Entrepreneur. «En effet, cette initiative m’a immédiatement plu», confirme Bertrand Lefort, directeur général pour la Suisse du détaillant de meubles. «La formation entre dans la logique de notre activité. En outre, le projet m’a paru réalisable; nous faisons beaucoup de conception, ou de coconception avec nos fabricants, c’est simple pour nous.»

En vente à Meyrin

L’idée du divan s’est imposée d’elle-même. Bertrand Lefort: «Nous avons l’habitude de produire nos canapés en toutes petites séries, donc de limiter notre prise de risque. Nous les faisons ensuite refabriquer rapidement en fonction des commandes.»

Pizza, commercialisé chez Conforama-Meyrin depuis le 7 février au prix de 1000 francs, a été confectionné en 20 exemplaires dans un premier temps. Après trois semaines, 4 divans ont trouvé preneur. A terme, le détaillant espère en écouler entre 100 et 200. La durée de vie dans les rayons d’un modèle de ce genre, très typé, très fashion, est estimée à dix-huit mois. Si l’atout financier semble minime pour l’entreprise, l’impact sur la clientèle en termes d’image promet en revanche d’être percutant.

Car ce sofa rond, mine de rien, est emblématique d’une génération. La D-Academy, qui espérait une douzaine de participants, s’est retrouvée à l’Institut Florimont avec 78 aspirants designers (250 au total pour les trois écoles privées, et 40 projets). En marge des cours, sur un mois et demi à raison de cinq demi-journées, les élèves de 13 à 17 ans se sont groupés par quatre ou cinq et mis au travail. «Une tendance très nette se dégage des projets remis, constate Alexandre Demont. 80% des jeunes ont imaginé des canapés ronds. Nous y lisons un besoin de socialisation. Lorsque ces ados rentrent chez eux, ils se retrouvent chacun le nez dans sa tablette ou son smartphone.» Pizza leur permet de se vautrer à leur aise et de geeker avec le sentiment de ne pas être seuls dans leur coin.

Rupture du lien avec la TV

Une conclusion que tire aussi Bertrand Lefort. Qui va plus loin: «Dans une gamme populaire d’ameublement comme Conforama, le canapé est toujours conçu en relation avec la TV. Il est fait pour la regarder confortablement. Or nous savons aujourd’hui que les jeunes ne regardent plus la télévision. S’ils ont envie d’un sofa, c’est pour surfer sur d’autres supports électroniques, couchés, les pieds sur le divan.» La preuve? Elle se dissimule ingénieusement, sous la forme d’une prise électrique dans une des alvéoles de Pizza. Autre élément dans l’air du temps, le revêtement. «Aucun groupe n’a souhaité du cuir véritable, tendance au véganisme et respect de l’environnement obligent», relève Alexandre Demont.

Les groupes de jeunes ont travaillé en plusieurs phases: explication du concept, module de créativité, faisabilité des projets sur la base d’un cahier des charges précis (choix des matériaux, coûts de production à respecter, étapes du processus d’industrialisation à intégrer) et, avec l’aide d’un coach pour dix jeunes gens, formation avec un professionnel de l’improvisation pour apprendre à présenter son concept, puis, finalement, soutenance face au jury. «Nous avons tous été surpris, relève Bertrand Lefort, par la motivation de ces adolescents et la fraîcheur de leurs idées. Ils sont allés largement au-delà de nos attentes. L’innovation se trouve vraiment aujourd’hui dans nos écoles!»

En avril, les gagnants des deux autres projets de canapés primés, scolarisés au Rosey et à La Côte International School, seront connus. Et leurs divans mis en vente dans les magasins Conforama de Suisse romande, au même titre que les pièces de la nouvelle collection 2017, présentée à la presse à Paris le 31 janvier dernier.

«Je n’ai plus peur d’entreprendre»

Léa Zehnder et Gabriele Goutet, deux des jeunes gens qui ont imaginé Pizza, raconteront peut-être un jour à leurs petits-enfants comment un canapé a changé leur vie… «Au départ, je voulais devenir médecin», commente Gabriele, 14 ans en décembre dernier. «Mais grâce à ce projet, je n’ai plus peur d’entreprendre. Je me dis: on l’a fait! et je sais que c’est possible. Aujourd’hui je prépare un bac en économie sociale et pour plus tard, je songe plutôt à la diplomatie ou à l’économie.»

Léa aussi, qui vient d’avoir 14 ans le 14 février, voit les choses différemment depuis qu’elle a mené à bien ce projet: «J’ai toujours su que je voulais faire de la médecine. C’est le cas, mais je pense maintenant davantage à créer des produits, des cosmétiques par exemple, et à les commercialiser. Oui, cette expérience a modifié ma manière d’envisager mon avenir.»

En attendant, Léa et Gabriele pourront profiter de Pizza tout à leur aise, puisque l’Institut Florimont va en équiper sa bibliothèque. «Il est trop bien, ce canapé, trop confortable!» exulte la jeune fille, intarissable sur le sujet. «J’en voudrais un chez moi, mais je ne sais pas si mes parents ont l’intention d’en acheter un.» Gabriele, lui, admet qu’il n’a pas la place pour Pizza dans son logement. Ce qui lui permet de relever le côté astucieux du sofa: «Chez moi, je devrais le diviser. On a aussi pensé à ça: Pizza, c’est quatre fauteuils, deux petits canapés, ou un grand divan, qui fait lit.» Les couleurs très vives ont été opportunément choisies «pour attirer l’œil de la clientèle et pour plaire à un public jeune», résume Léa. Les tiroirs cachés dans le corps du meuble permettent de dissimuler la literie. Plutôt malin, pour un studio d’étudiant.

Categorie: Divers  Commenter